Au nom du père

C’est encore une série qui m’amène à écrire ce billet, elle passe en ce moment sur Arte et pour ceux qui  n’ont pas de télé, les 10 épisodes sont disponibles sur le site arte.tv jusqu’à la fin du mois de décembre.

« Au Nom du père » met en scène une famille danoise, issue d’une longue lignée de pasteurs, à un moment charnière de son existence. Créée par Adam Price (« Borgen »), la série explore les relations conflictuelles entre un père omnipotent et ses deux fils. Lars Mikkelsen qui incarne le père a reçu la semaine dernière l’emmy award du meilleur comédien. Lire la suite

Publicités

Question de vocabulaire

Lors de notre dernière séance, mon analyste a utilisé le mot conversation pour qualifier la parole en séance. Ce n’est pas la première fois qu’elle emploie ce terme, et pas la première fois non plus que ce mot me fait tiquer. Il me semble en effet que ce qu’il se passe en séance tient davantage du monologue que de la conversation. Mais non me rétorquait-elle, « Vous n’êtes pas seule ».

Lire la suite

Autocensure

Il a été question de ce blog lors de ma dernière séance. De son contenu et de l’évolution de son contenu au fil de mon analyse mais aussi de la vie propre de ce blog et de ce qu’il a généré.

Son intitulé et mon pseudo ont été choisis pour me permettre de rester le plus neutre possible. Je suis une analysante parmi les milliers d’autres qui se sont lancés dans le voyage si particulier que constitue une psychanalyse. Cet anonymat était aussi ce qui allait me permettre de décrire sans filtre (pensais-je alors) les tours et détours que j’allais suivre, même si c’était aussi parfois un frein. Il ne m’est pas possible de rentrer dans le détail d’événements liés à mon histoire, mon parcours, mon travail etc… sous peine de devenir éventuellement reconnaissable (mode paranoïaque on ^^) alors que cette singularité est la base du travail analytique 🙂 Lire la suite

La servante écarlate, ou « être une femme »

J’avais beaucoup entendu parler de cette série primée à de multiples reprises, et je n’ai pas été déçue. Cette dystopie se passe dans un monde où le taux de natalité est tombé au plus bas, et où une secte religieuse et totalitaire a pris le pouvoir.

Lire la suite